Comment élever l’enfant de son conjoint?

 

Vous venez d’emménager dans votre nouveau nid d’amour? Vous êtes pleines de bonnes résolutions pour faire de ce foyer un havre de paix et un cocon tranquille pour votre doudou et vous? Cool ! Seulement voilà, il n’y a pas que vos enfants à élever !  Monsieur avait déjà un ou plusieurs enfants sous sa responsabilité avec lesquels il faudra composer. Un très grand challenge de plus!

Entre la facilité avec laquelle vous avez envisagé les choses lorsque vous le fréquentiez dehors et la réalité du terrain, il y a un grand fossé. Peur de mal faire, ressentiments courants des enfants de relations échouées, stress… Comment gérer votre foyer quand votre époux a déjà eu un ou plusieurs enfants de relations passées? Comment élever l’enfant d’une autre dans un foyer nouveau?

Pas de panique ! Voici quelques conseils qui vous aideront à vous imposer en maîtresse des lieux sans provoquer de grands dégâts.

 

1 : Comprendre et identifier les frustrations

Détendez vous, le ressentiment des enfants de votre conjoint que vous rencontrez dans la majorité des cas, n’est pas dirigé spécialement contre votre personne. Ce problème est récurrent. Plusieurs belles mères ou beaux pères ont souvent du mal à trouver leurs places à coté de ces enfants avec lesquels ils ne partagent aucun lien de consanguinité et qu’ils doivent gérer au quotidien. Les causes:
Certains enfants veulent être aimés de leurs deux parents. Ils veulent surtout être aimés par celui avec qui ils ne partagent pas leurs vies quotidiennes. Pour cela l’enfant ne veut symboliquement pas trahir la mère absente en acceptant de nouer une relation chaleureuse et complice avec sa belle-mère.

D’autres vont iront même jusqu’à s’imaginer que tout bon sentiment éprouvé pour une belle mère est de l’amour enlevé à leur mère. Pour se protéger de cette angoisse, l’enfant déploie alors des stratégies conscientes ou inconscientes de rejet qui peuvent aller de la révolte à l’agressivité en passant l’indifférence jouée.

Aussi, certains enfants habitués au laisser-faire du parent qui l’éduquait seul ressentent mal la présence d’une autre femme qui harmonise, donne des règles, organise la maison. Ils vivent ce changement comme un chamboulement voire une façon d’empiéter sur leur territoire.

Certaines petites filles vont ressentir une rivalité sans pareille. Le complexe d’oedipe se prononce. Elle, la reine de papa devra partager désormais cette affection avec une autre femme sortie de nulle part.

Malheureusement, certaines mères n’arrangent pas les choses. Elles prennent un malin plaisir à manipuler leurs progénitures. Cela arrive surtout quand les douleurs sont encore là, dans la relation entre votre mari et son ex ou quand la mère n’a pas tourné la page. Ces mères aiguisent la méchanceté de leurs enfants contre l’élue du père et les préparent à détruire le foyer dans lequel sont élevés ces enfants. Il y a aussi celles qui usent de stratégies suscitant la sensibilité de l’enfant.

Une connaissance me disait : « Je ne donnais pas d’idées méchantes. Mais je disais plutôt à ma fille que cette femme est responsable de notre séparation et que papa reviendrait si elle partait. Ma fille gardait toujours l’envie de nous voir réunis. Elle n’a jamais accepté la main tendue de cette femme et lui faisait vivre des misères. Bien entendu, aujourd’hui j’ai quelqu’un dans ma vie et je m’en veux de ce comportement. »

 

2 : Gérez les frustrations

Discutez avec l’enfant pour détecter l’objet de ses peines. Certaines attitudes peuvent être corrigées juste par une conversation pour lever les appréhensions. Parlez, communiquez.Vous pouvez rassurer l’enfant sur les amalgames cités plus haut. Accompagnez vos paroles par des actes. Ne commettez jamais l’erreur de fustiger le parent absent devant l’enfant. Vous ne ferez que lui faire croire qu’il y a plusieurs camps et qu’il doit choisir le sien.

 

3 : Définissez les règles et punissez

 

Jouer d’office à la marâtre sortie des contes de fées ou rentrer dans le jeu des enfants est une très mauvaise stratégie. Lorsque votre propre enfant vous dira : Je te déteste ! Allez vous répondre : Moi aussi ? Soyez l’adulte. Prenez conscience de votre position. Gardez de la hauteur. De toutes les façons, se comporter au détriment de l’enfant pourrait être très mal pris par le père, s’il est au courant. Plusieurs hommes se braquent sans chercher à comprendre. Ensuite , cette attitude n’est moralement pas digne de vous. Que gagnez vous à faire du mal à un enfant?

Restez en toutes circonstances une mère. Ne brimez pas gratuitement, méchamment ou par vengeance. Qui aime bien châtie bien. Lorsqu’il y a punition, restez dans l’esprit de la correction pour améliorer les choses.

 

4 : Renforcez la cohésion

 

Laissez votre conjoint passer du temps seul avec les enfants. Laissez les sortir, et continuer à entretenir une relation père-fils, ou père fille. Que votre arrivée n’ébranle pas leurs relations et qu’ils sentent qu’ils continuent à avoir des liens privilégiés. Vous pouvez aussi avoir en parallèle d’autres activités avec eux et plusieurs moments en famille. Mais, veillez à ce que les habitudes ne soient pas brutalement interrompues par votre arrivée.

Si vous avez-vous aussi des enfants d’une première union ou avec votre conjoint, ayez des activités très agréables tous ensemble. Inculquez leur l’amour de la fratrie et la solidarité. Que l’enfant comprenne qu’avoir une vraie famille a des points positifs. Développez une relation. Faites du shopping, cuisinez ensemble, suivez un film comique en groupe ( cette méthode est très efficace). Donnez-leur de l’affection naturellement sans avoir l’air de les corrompre non plus.

Pour les enfants récalcitrants même si ce n’ est pas simple tous les jours, laissez l’enfant vivre et exprimer son agressivité. Dites lui que vous comprenez que la situation n’est pas facile et que vous êtes vous même confrontée à cette situation. Mais attention ! Restez fermes et posez des limites. Il est hors de question par exemple, d’accepter des comportements violents, des injures, des attitudes dévalorisantes pour vous. Si vous le jugez nécessaire , revenez à la punition en expliquant très bien à l’enfant le motif. Gardez cet enfant toujours dans vos prières. N’hésitez pas à prendre contact avec un spécialiste pour travailler sur ses frustrations ( pas mal de conseillers existent pour enfants. j’en ai connu dans certaines écoles. Renseignez-vous dans votre ville.). N’oubliez tout de même pas que la base de la communication, c’est avant tout vous les parents.

 

5 : Misez sur la transparence

Expliquez l’évolution des choses au père afin qu’il communique lui aussi avec ses enfants. Surtout évitez que ces rapports ou plaintes se fassent en présence des enfants. Vous pourriez inciter le conjoint à les punir séance tenante par zèle,  pour des choses qui peuvent être réglées par des mises au point simples ( tel enfant qui refuse d’aider dans les tâches ménagères, tel enfant qui ne range pas sa chambre, tel enfant qui n’a pas fait ses devoirs). Vous renforcerez l’hostilité de l’enfant et placerait le père en position d’arbitre injuste.
Concernant vos relations avec la mère, soyez diplomate. Ayez des relations cordiales sans trop exagérer non plus. Nul besoin d’hypocrisie. Elle est en droit de connaître cette personne qui vit près de ses enfants si elle le souhaite, ne le prenez pas mal. Si elle est gentille, vous avez beaucoup de chance. Si bien au contraire elle vous déteste ou se sert des enfants pour gâcher l’harmonie conjugale, ignorez la tout simplement. Je suis consciente que c’est un effort surhumain à faire. Je le sais ! Mais, mettez vous en tête que vous avez d’autres défis plus utiles. Tant qu’elle reste chez elle et ne vous porte aucun préjudice physique, ne rentrez pas dans son jeu. L’enfant pourrait comprendre avec le temps, face à votre sérénité malgré ses tentatives, qui est en réalité la méchante de l’histoire. Ce n’est pas votre intention et ce serait bien dommage. Mais ce serait un juste retour. De plus, si la madame n’obtient aucun résultat en essayant de vous déstabiliser continuellement, elle passera à autre chose. Les plus tenaces se rendront malheureuses toute leurs vies. Ne cherchez pas à partager le drame dans lequel elle persiste à rester. Concentrez vous sur votre famille.

 

6 : Veillez à l’implication du père

Votre époux  ne doit pas rester silencieux dans ce bouleversement familial. Il doit jouer un très grand rôle déjà en vous présentant à ses enfants avant même votre installation au foyer. Il doit expliquer la suite de vos fréquentations et préparer psychologiquement les enfants à vus accueillir.

Il doit continuer à les inciter à aller vers vous. Malgré son bonheur de vous retrouver chez lui, il devrait éviter de changer les habitudes. Il doit  leur témoigner la même affection sans exagérer en voulant compenser la soit disant trahison que ressentiraient ses enfants. Cela pourrait signifier que ce remord a lieu d’être.

Papa doit parler avec les enfants,  leur expliquer le rôle de chacun dans la famille, ce qu’il ressent pour la nouvelle maman, ce qu’il attend d’eux pour la cohabitation avec vous. Il est très important qu’il souligne par exemple que vous ne remplacez pas leur mère et que cela n’est pas votre intention . Que vous n’êtes responsable en rien de ce qui est arrivé à la relation entre lui et leur maman . Pour ce qui est des règles que vous imposez, il devrait être à 100% avec vous et vous aider à les faire appliquer.
Enfin avec la mère,  il faudrait inconditionnellement qu’il ait fait le deuil de cette relation. Partant de là, il se doit de vous protéger vis à vis des attaques inutiles et d’imposer le respect que vous méritez. Jamais, il ne devrait tolérer des écarts de la mère. Il se doit de la recadrer avec rigueur sans forcément user de colère. Il doit être ferme et sans appel. Idem pour les inconduites que pourraient occasionner ses parents ou votre entourage qui garde des liens avec la mère. Il ne doit pas encourager par une attitude lâche et morne les ingérences dans votre gestion ou les commérages .Il doit être ferme pour le bien de sa nouvelle famille. Le rôle du père est le plus sensible car s’il est raté, le couple risque aussi de sombrer dans l’instabilité. Vous pourriez vous sentir abusée et découragée. Cela risque de vous faire abandonner toutes vos bonnes intentions , ignorer les enfants ou pire. Le père doit être le garant de cette cohésion. C’est à lui que revient la responsabilité de protéger ce cocon familial. C’est aussi la raison pour laquelle il faudrait éviter de ramener un enfant dans un foyer établi. Le sentiment d’injustice ne vous conditionnera pas à appliquer gentiment tous ces conseils.

Cela concerne autant la maman pour les familles recomposées.

 

Enfin, pour les enfants en très bas âge, il vaudrait mieux les laisser vivre avec la mère quand il y a le choix . Le père pourra par exemple prendre l’enfant les weekend ou quelques journées libres. Les plus petits ont souvent pour des besoins physiologiques ou affectifs, plus besoin de la mère. Les lois de plusieurs pays corroborent cette pensée en attribuant , sauf cas spéciaux,  la garde des plus jeunes à la maman.

Mon dernier petit conseil, évitez surtout de commencer une relation  dans le cas où les DEUX parents ( pas seulement l’autre) se disputent encore la garde des enfants ou d’autres sujets pourtant simples à résoudre. Vous pourriez être la grande perdante de l’histoire. La réconciliation est surement désirée au fond!

Une pensée sur “Comment élever l’enfant de son conjoint? ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *