Cubes d’assaisonnement : 4 dangers pour vos familles

On les aime ! Ils aromatisent les plats et les parfument à merveille. Ces bouillons et petits cubes d’assaisonnement industriels dont raffolent pas mal de cuisines.

Selon Nadège « C’est pratique. Je les utilise avec toutes sortes de plats. Des pâtes, des grillades , du riz… La différence est nette. Pas besoin d’être une déesse de la cuisine pour jouer avec des arômes qui donnent des rendus extraordinaires »

« Le coût n’est rien du tout et il y en pour tous les goûts: volaille, crevette, bœuf. Chez nous, il est rare de voir un repas cuisiné sans un cube d’assaisonnement. C’est un produit tout à fait usuel en plus du sel. Plus que le poivre.Surtout avec l’attiéké, on en mange crû. Le goût est exacerbé! » , explique Fatou, cette femme au foyer, mère de 5 enfants.

Tout ça, c’est bien beau …Mais !

savez-vous que ces cubes  sont de véritables bombes à retardement? Voici le danger des cubes d’assaisonnement industriels. 4 dangers parmi de nombreux autres encore.

1: Une liste d’ingrédients suspecte

Présentés comme des produits faits à « base de légumes ou d’animaux » , vous ne retrouverez presque jamais la liste d’ingrédients utilisés pour concevoir votre « précieux ». Idem pour la valeur nutritionnelle. Rien à cacher ? On se le demande bien

2: Une liste d’ingrédients longue

Certains cubes d’assaisonnement tentent quand même de jouer la transparence en fournissant les ingrédients utilisés.Transparence vaine. Vous trouverez plus de 5 ingrédients que jamais vous ne reconnaîtrez en faisant vos courses ! Un flou véritable. Une machine industrielle bien huilée  « Du guanylate disodique en passant par l’inosinate disodique »…Vive la chimie !

3:Un produit trop riche en sel

Vous cuisinez avec du sel. Vous rajoutez un cube qui contient exagérément de sel en tenant compte du glutamate monosodique. Bravo ! Dites bye bye à votre santé cardio vasculaire.

4: Une solution culinaire posant de graves conséquences sur la santé

Au Mali, les cubes d’assaisonnement sont utilisés pour castrer des animaux en élevage. L’effet sur la fécondité serait très rapide. En Côte d’ivoire, on les utilise aussi pour  que tombent plus rapidement les cordons ombilicaux des nouveaux nés. Imaginez donc de tels désastres  ingurgités quotidiennement !

De plus, les arômes artificiels et autres additifs alimentaires exhausteurs de goût, composés de féculents et de sucre, favorisent l’obésité.Ne mentionnons même pas les maladies du cœur et des reins.En somme, vous achetez du sel à nouveau. Mais un sel extrêmement nocif pour vous et votre famille.

La solution?

A défaut des bouillons maison, vous pouvez de temps en temps vous procurer du bouillon dans les magasins bio. Ils existent. Renseignez-vous.

Sinon, il est donc plus que nécessaire de préparer son bouillon d’assaisonnement. En plus les bouillons faits maison sont super bons, pas trop difficile à réaliser, économiques et surtout excellents pour votre santé.

Astuces pour éviter le gaspillage en programmant son bouillon

 

Vous pouvez récupérer plusieurs ingrédients à jeter. Cela vous permettra non seulement de mijoter un très bon bouillon qui donnera un gout de chef à vos plats, mais aussi de participer au non gaspillage alimentaire.

Gardez des sacs au congélateur. Objectif : Ne plus jeter les retailles de légumes. Conservez les pelures de carottes ou d’oignon, les bouts des fines herbes ou autres feuilles de céleri. Tout peut y passer mais évitez toutefois les légumes comme le chou, le brocoli. Vous pourriez avoir la désagréable surprise quant à l’odeur.  L’autre alternative est aussi de garder des os de vos viandes (veau, poulet, dinde etc..). Misez surtout sur les os qui contiennent beaucoup de moelle.De toute cette réserve, il ne vous restera plus qu’à faire un mélange de ces légumes ou plutôt légumes-os.Vitamines assurées!

Préparez son bouillon d’assaisonnement

Déposez les légumes avec les os (ou pas) dans une casserole. Rajoutez de l’eau. Laissez bouillir puis réduisez le feu de sorte à ce qu’il devienne très doux. Vous pouvez laisser mijoter jusqu’à environ 4 heures ou plus ! Assaisonnez de sel et de poivre. Lorsque c’est prêt et froid, tamisez puis portez au frigo. Retirez enfin la partie grasse. Si vous voulez faire un bouillon de bœuf, faites rôtir vos os avant sur une plaque. Puis procédez par la même manière.

Comment conserver son bouillon fait maison ?

Vous pouvez garder votre bouillon pendant deux semaines avec la couche de gras encore au-dessus ou environ 5 jours si ce n’est pas le cas. Congelez dans un sac si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *