comment accoucher sans douleur ?

Comment accoucher sans douleur ?

Vous êtes peut-être au début ou à la fin de votre grossesse, et la question de l’accouchement vous taraude l’esprit.

Comment faire face à la douleur de l’accouchement ? Peut-on accoucher sans douleur ? Existe-t-il une préparation ou des méthodes spéciales pour gérer et canaliser la douleur ?

Ce ne sont là que quelques-unes des questions que nous vous encourageons à poser au professionnel de la santé qui suit votre grossesse. Nous vous présentons ici quelques méthodes et approches qui vous aideront à accoucher sans douleur ou presque.

Pourquoi l’accouchement est-il si douloureux ?

Tout d’abord, la douleur est normale. Les contractions signifient la fin de la grossesse et l’arrivée de votre bébé tant attendu. C’est normal, mais vous n’êtes pas obligée de la subir !

La douleur que l’on peut ressentir pendant le travail, jusqu’à ce que le col de l’utérus soit complètement dilaté et que le bébé soit expulsé, est appelée « douleur ». Elle n’est pas toujours supportable, et son intensité peut varier selon les femmes. Il se passe beaucoup de choses pendant cette période. Le bébé, qui était encore chaud, commence sa descente et vient au monde. Il ne pleure pas la première fois. Cette aventure provoque de grands bouleversements physiologiques chez la future maman. Le corps se prépare également à l’arrivée de ce petit homme.

La réaction à la douleur pendant l’accouchement est différente pour chaque femme. Certaines femmes trouveront la douleur rapidement insupportable, tandis que d’autres la trouveront presque insurmontable. Il est plus difficile de gérer les douleurs dans le bas du dos (contractions via les reins). C’est ce qu’on appelle aussi « accoucher par les reins ».

N’oublions pas nos amis les hormones ! Elles jouent un rôle important : les endorphines, l’adrénaline et l’ocytocine n’en sont que quelques exemples. C’est un joyeux mélange ! Elles participent activement à chaque étape du processus de naissance. Le stress et l’anxiété, liés à l’adrénaline, peuvent entraîner une diminution de la production d’ocytocine. Cette hormone fragile joue un rôle important pendant l’accouchement, mais aussi par la suite pour renforcer le lien mère-enfant. Elle provoque des contractions dans l’utérus. Il est très difficile de maintenir cet équilibre hormonal. Il est essentiel d’éviter le stress et la nervosité.

Saviez-vous que de nombreuses femmes ont des accouchements naturels et sans douleur ? Cela peut être attribué à leurs gènes, selon une étude réalisée en 2020* par des scientifiques de l’université de Cambridge. Ce « défaut » est comme une péridurale. Même si c’est rare, c’est possible. Ces femmes ont visiblement de la chance.

9 méthodes pour avoir un bébé sans douleur (ou presque)

  • 1. L’application péridurale d’un analgésique local

La péridurale est une procédure qui consiste à injecter un anesthésiant via un cathéter dans le bas du dos. Il s’agit de la méthode la plus courante pour accoucher sans douleur. La pompe péridurale permet à la mère de contrôler la dose en fonction de ses préférences et de celles de l’anesthésiste.

Ressentez-vous de fortes douleurs ou êtes-vous fatiguée ? Votre col de l’utérus et votre col de l’utérus ne sont pas encore complètement dilatés ? Vous pouvez demander une péridurale même si vous souhaitez avoir un accouchement naturel.

  • 2. Dansez, bougez et marchez… Vive le mouvement !

Pour atténuer la douleur, rien de tel que de bouger entre les contractions ! Allons-y : pourquoi ne pas faire un peu de danse pendant le travail ? Cela encouragera le bébé à descendre et vous aidera à vous concentrer sur le mouvement, plutôt que sur la douleur. Vous pouvez même chanter sur la musique !

Une respiration lente et profonde est la meilleure façon de bouger. Prêtez attention à votre corps et ressentez vos sensations. Elles vous aideront.

Voici les trois positions à privilégier pendant le travail :

  • La position verticale : Marcher, s’accroupir et danser…
  • La position latérale : Pour un moment de détente, placez-vous sur le côté.
  • La position avant : Pour favoriser la rotation du bébé avant l’accouchement.

Le ballon de grossesse peut aider à soulager la douleur, à faire bouger le bassin et à faciliter la descente du bébé.

  • 3. La méthode Bonapace

Cette approche douce vient du Canada. Elle prend en compte à la fois les aspects psychologiques et physiques. Julie Bonapace a développé cette technique dans les années 1990. Elle est basée sur la relaxation, la visualisation, la détente et la respiration. Il est important de suivre certains cours préparatoires pendant la grossesse afin de pouvoir utiliser correctement la technique le jour J. Elle est également enseignée par certaines sages-femmes.

  • 4.L’hypnose est de plus en plus populaire parmi les professionnels de la santé. Cette technique peut vous aider à reprendre le contrôle de votre corps et à diminuer votre peur de l’accouchement. Cette technique permet une plus grande relaxation et sérénité lors de la grande occasion. Elle peut ne pas être appropriée dans tous les cas. Renseignez-vous auprès de votre médecin ou de la maternité.
  • 5. La sophrologie

Il est important de la pratiquer pendant la grossesse, tout comme l’hypnose. Vous pouvez utiliser la sophrologie pour visualiser l’accouchement de manière positive et travailler sur votre respiration. Il est important de pouvoir accepter la douleur, se détendre et la comprendre. Elle est associée à la fin de la grossesse et à la première rencontre avec votre bébé. C’est le moment où vous tenez votre bébé dans vos bras, et c’est ce que vous imaginez. Tout cela pour vous aider à gérer votre travail et vos contractions, et pour réduire le stress. Les sages-femmes peuvent proposer des séances si vous êtes intéressée par la sophrologie.

  • 6. Les bienfaits de l’eau pour la santé

L’eau chaude favorise la relaxation et aide à détendre les muscles. Elle facilite également la descente du bébé. De nombreuses maternités et maisons de naissance disposent de chambres comprenant une baignoire. Bien que l’accouchement dans l’eau ne soit pas courant en France, il est possible.

  • 7.Chanter peut aider à soulager la douleur des contractions ! Vous serez en mesure de gérer la douleur en chantant, tandis que les sons aigus peuvent vous donner de l’énergie et de l’élan pendant le travail. Votre sage-femme est peut-être qualifiée pour vous aider.
  • 8. Massages

Le futur papa peut prendre le temps de masser les zones douloureuses, notamment au début ou à la fin du travail, afin de se détendre et de relâcher les tensions.

Vous pouvez envisager de glisser une balle de tennis dans votre sac de maternité. Vous avez bien lu ! Elle permet à votre partenaire de vous masser en exerçant une pression légère à modérée.

  • 9. Environnement et soutien

Cela peut sembler être une réflexion après coup. La future maman peut obtenir un soutien pour l’aider à gérer la douleur. Le futur papa peut apporter son soutien en offrant du réconfort, des encouragements et des massages. Un ami proche, un membre de l’équipe médicale ou une doula (accompagnatrice à la naissance) peuvent tous assurer cette présence active. Vous devez également vous sentir en confiance et écoutée.

Apprenez à gérer la douleur et à accoucher sans douleur

Bien que la péridurale reste le traitement médical le plus courant pour soulager la douleur, il existe des moyens naturels de la gérer. Il ne s’agit pas d’éviter la douleur, mais d’en réduire l’intensité. La préparation et l’écoute de votre corps sont essentielles. Cela vous permettra de mieux contrôler le processus de naissance et vous encouragera à être plus active et instinctive.

Ces suggestions, en plus d’un soutien sans faille et d’un environnement relaxant pour le corps et l’esprit, peuvent vous aider à vous détendre, à détourner l’attention de la douleur et à l’empêcher de vous enfermer.

Retour haut de page