accouchement à domicile bonne ou mauvaise idée ?

Choisir d’accoucher à domicile bonne ou mauvaise idée ?

C’est une décision difficile et intime que d’accoucher à la maison.

Les personnes qui choisissent d’accoucher à la maison réfléchissent à des raisons personnelles et profondes. Cette pratique est menacée en France par les critiques de leur famille et de la société.

Nathalie Jouat est l’auteur de Et si j’accouchais à domicile. (Ed. Le Souffle D’or (2013), mère d’un premier enfant né à domicile, nous explique pourquoi.

Pourquoi avez-vous décidé d’accoucher à domicile ?

Personnellement, nous avons estimé que cette décision était la plus adaptée à nos attentes en matière de naissance. En ce qui concerne ma santé et celle du bébé, un bébé qui arrive dans un environnement calme, avec le moins de personnes possible, dans un cadre familier et sans qu’on lui donne des médicaments ou qu’on le presse.

Je voulais pouvoir faire confiance à mon partenaire pendant ma grossesse. Pour établir un sentiment de sécurité, pour bien me connaître, pour me soutenir et pour entendre nos préoccupations si nécessaire. Je voulais que les choses restent simples et éviter le stress.

Nous ne nous sommes pas opposés au suivi médical. Nous avons eu toutes les échographies et les analyses de sang requises pour l’accouchement, comme toutes les femmes enceintes. La seule différence était que j’étais à la maison avec ma sage-femme le jour de la naissance. À la demande de son père, ma fille a été mise au monde sur mon lit. Quatre heures plus tard, nous étions tous dans notre maison, paisiblement, comme si elle venait d’arriver.

La plupart des femmes choisissent d’accoucher à la maison parce qu’elles ne veulent pas se rendre à l’hôpital. Elles préfèrent rester dans l’environnement familier de leur propre maison.

Quel est le nombre d’accouchements à domicile en France chaque année ? Et à l’étranger ?

Ils ne sont pas tous concernés et les chiffres réels sont inférieurs à la réalité. Les statistiques incluent également les mères qui accouchent de manière inattendue à la maison, au travail ou dans leur voiture.

Les Pays-Bas disposent d’un système très sophistiqué, puisque 30 % des naissances ont lieu à domicile. Et ce, malgré le fait que ce système soit beaucoup moins cher. Des maisons de naissance ont été créées dans tout le pays. Au Royaume-Uni, environ 15 % des naissances ont lieu à domicile.

La France a connu environ 8 000 naissances à domicile en 2008. Ceux-ci étaient suivis par une sage-femme privée, correctement préparée, et choisie par le couple. Cette option est de plus en plus populaire, mais tous les couples n’y ont pas recours. Il n’y a que 60 sages-femmes favorables à l’accouchement à domicile en France (72 en 2011 ndlr), et elles sont dispersées géographiquement. Certains couples sont encore prêts à parcourir des centaines de kilomètres pour trouver leur sage-femme.

Est-il sûr d’accoucher à la maison ?

Pour plusieurs raisons, ce n’est pas plus dangereux qu’un accouchement dans une maternité.

Ce n’est pas possible pour toutes les femmes. Il faut une grossesse sans complications (grossesses multiples ou hypertension artérielle), diabète, hypertension, naissance prématurée, etc. Ceci est vrai pour environ 80 % des grossesses.

La sage-femme propose un suivi très complet de votre grossesse. Nous nous réunissons régulièrement et préparons la naissance en petits groupes ou à trois.

La femme est responsabilisée pour prendre le contrôle de sa grossesse et de son accouchement. On lui montre comment gérer la douleur et faire bouger ses os et ses tissus pour accélérer l’accouchement. Elle est responsabilisée et joue un rôle majeur (avec son père) au moment de l’accouchement.

 C’est effrayant !

Nous gardons en tête les images des pays sous-développés, où la malnutrition et l’hygiène sont très mauvaises. Nous nous souvenons aussi de l’image de l’accouchement dans la France d’avant-guerre.

Le plus drôle, c’est que nos grands-mères sont celles qui sont le moins choquées par les accouchements à domicile de nos jours. Beaucoup d’entre elles répondront : « Comment croyez-vous que c’était à l’époque ? » On se débrouillait très bien !

Nous avons tous un ami ou une dame qui nous a dit que si nous étions restés à la maison, nous serions morts … ». Même si cela peut paraître paradoxal, l’accouchement est un sujet intime dont tout le monde peut parler. Nous avons peur de la douleur. Nous prenons des antalgiques pour chaque problème et ne supportons pas le moindre inconfort. Il est effrayant d’accoucher à la maison car il est difficile d’imaginer comment nous nous en sortirions sans péridurale.

Quels sont les points les plus importants à retenir lors d’un accouchement à domicile ?

Tout le monde a son opinion et les avis sont nombreux. Cependant, je pense qu’il est important de poursuivre le suivi médical. Personnellement, je privilégie trois échographies (ou deux au maximum), des analyses de sang et d’urine pour m’assurer que le bébé se développe de manière saine et que la mère se porte bien.

J’ai refusé de passer le test d’intolérance aux glucides de O’Sullivan (test d’intolérance aux glucides) car je pouvais trouver des alternatives moins violentes. Cependant, j’ai effectué tous les tests et contrôles avant mon accouchement.

Vous devez également vous assurer que la relation mère-enfant est saine et heureuse. Cela a également une incidence sur la santé psychologique. On ne peut pas permettre à un couple de régresser. L’ouverture et la volonté de lâcher prise, ainsi que la possibilité de se rendre à l’hôpital pendant l’accouchement, sont essentielles.

Que se passe-t-il si quelque chose ne va pas ?

Il est peu probable que cela se passe mal. La plupart des situations qui nécessitent un équipement d’urgence avancé peuvent généralement être détectées rapidement, de sorte que vous pouvez partir en toute sécurité pour l’hôpital. Vous ne devez pas tenter d’accoucher chez vous si quelque chose se produit pendant la grossesse. Les accouchements à domicile ne sont possibles que si la mère et le bébé sont en bonne santé dès le départ et qu’il n’y a pas de complications.

La plupart des cas de transfert impliquent une stagnation de la dilatation du col de l’utérus. Si celle-ci ne progresse pas, la mère bloque le bébé et celui-ci cesse de descendre. La mère reçoit alors une péridurale, qui la détend, et d’autres médicaments pour apaiser la situation.

Il arrive que le placenta ne soit pas délivré correctement. Dans la plupart des cas, il se détache rapidement. On peut attendre jusqu’à une heure à la maison, car les premières tétées peuvent faciliter le processus. S’il ne se détache pas, la mère peut être emmenée à l’hôpital pour une naissance artificielle.

N’oubliez pas qu’une sage-femme est un obstétricien. La sage-femme dispose de tout l’équipement nécessaire pour ranimer un bébé, une maman, arrêter une hémorragie, et faire de la petite chirurgie. Elle vient avec un moniteur et tout le matériel nécessaire à l’accouchement. Elle est une petite maternité à elle toute seule, avec un moniteur et tout le matériel nécessaire.

Cependant, la plupart du temps, j’insiste sur le fait qu’il n’est pas nécessaire de faire tout cela… Elle utilise un peu d’huile pour masser son périnée et donne des conseils au papa qui accouche avec fierté et efficacité.

Quel degré de préparation est nécessaire ? A qui faire confiance ?

Tout ce que vous devez faire pour être préparé est de respecter vos rendez-vous avec la sage-femme. Faites confiance à vous-même, à votre sage-femme et, surtout, à votre bébé. C’est ainsi que tous les mammifères et l’espèce humaine se sont reproduits pendant des milliers d’années. Faites confiance à votre corps. En cas d’urgence, des médicaments sont disponibles pour aider ceux qui sont malades. Il est différent d’être enceinte ou d’accoucher si vous êtes malade.

Que se passe-t-il après la naissance ?

Après la première observation du bébé, la sage-femme partira. Elle donnera des conseils sur l’alimentation du bébé le premier jour. Elle reviendra dans quelques heures, en fonction de son activité et des besoins des parents. Si nécessaire, elle peut être jointe par téléphone.

Retour haut de page