le baby blues, quels sont les symptômes ?

Baby blues: quels sont les symptômes ?

Beaucoup de femmes et d’hommes souffrent de dépression post-partum après avoir eu un bébé. De nombreux symptômes peuvent être ressentis, en fonction de la gravité et de la personne. Ils peuvent également différer du baby blues.

Qu’est-ce que le baby blues et pourquoi existe-t-il ?

Dans les premiers jours suivant la naissance, le baby blues (ou « syndrome du troisième jour« ) est fréquent chez les mères. Les symptômes comprennent l’irritabilité et l’anxiété, la vulnérabilité, les sautes d’humeur. Il s’agit d’une réaction temporaire qui peut s’expliquer par des changements physiologiques (chutes hormonales importantes), une augmentation du stress et un manque de sommeil.

Combien de temps peut durer le baby blues ?

Le baby blues peut toucher jusqu’à 80 % des femmes. Les symptômes sont généralement temporaires et peuvent durer de quelques heures à 15 jours. La plupart des cas se résorbent d’eux-mêmes, sans intervention.

Comment vaincre le baby blues ?

Voici quelques moyens pour vous sentir mieux.

  • Dites à votre famille et à votre partenaire que vous ne vous sentez pas bien et que vous avez besoin d’une aide supplémentaire pour les tâches quotidiennes et les soins au bébé.
  • Prenez soin de vous. Sortez de chez vous et passez une bonne nuit de sommeil.
  • Emmenez votre bébé faire des promenades en plein air, établir un contact peau à peau et pratiquer d’autres activités.
  • Si vous vous sentez triste ou accablée après plusieurs semaines ou si vous montrez peu d’intérêt pour le développement de votre bébé, il est probable que vous souffriez de dépression post-partum.

Qu’est-ce que la dépression du post-partum ?

La dépression post-partum peut survenir à tout moment au cours de la première année suivant l’accouchement. Les experts s’accordent à dire qu’il n’y a pas de cause unique à la dépression post-partum. Elle peut être causée par une combinaison de plusieurs facteurs.

Les raisons de la dépression post-partum sont nombreuses. Cependant, elle peut également être causée par des facteurs physiologiques. Vous pouvez vous sentir dépassée ou accablée par les exigences de votre vie quotidienne et le manque d’équilibre entre elles.

La dépression post-partum (dépression majeure) toucherait environ 7 % des mères dans les trois premiers mois suivant l’accouchement. La dépression légère peut toucher jusqu’à 19 % des mères. Les recherches montrent que le taux de dépression postnatale diminue progressivement après l’accouchement, et qu’il est généralement plus élevé au cours des trois premiers mois.

La dépression post-partum : Facteurs de risque et conséquences

La dépression post-partum est plus fréquente chez les femmes qui ont souffert d’anxiété ou de dépression pendant la grossesse ou dans le passé. D’autres facteurs de risque ont été identifiés, notamment:

  • Des événements stressants récents (par exemple, un déménagement, un stress financier).
  • Peu de soutien de la part du monde social
  • une faible estime de soi
  • Une satisfaction conjugale moindre

La dépression post-partum peut être plus grave que le baby blues. Elle peut provoquer une dépression grave chez la mère et affecter le développement de son lien d’attachement avec son bébé. Elle peut même affecter le développement cognitif, émotionnel et social de l’enfant.

La dépression post-partum peut être traitée plus efficacement si elle est diagnostiquée à un stade précoce. Les mères qui pensent en souffrir devraient chercher de l’aide. Elle pourra ainsi retrouver le sourire, et son bébé sera heureux.

Le père et les autres membres de la famille immédiate de la mère déprimée doivent s’assurer qu’elle reçoit le soutien dont elle a besoin.

Les pères et la dépression post-partum

Le père peut être amené à jouer un rôle de premier plan pour aider la mère à se rétablir et à maintenir le contact avec le bébé. Il est important de garder à l’esprit que le père doit également s’adapter aux changements provoqués par la naissance du bébé. Les recherches montrent que la dépression post-partum peut également survenir chez les pères.

Environ 7 % des pères présentent des symptômes dépressifs dans les trois premiers mois suivant l’accouchement. Ce taux passe à 25 % entre trois et six mois. La proportion de pères touchés diminue par la suite.

De même, environ 41 % des mères présentent des symptômes dépressifs dans les trois à six premiers mois suivant l’accouchement.

Si leur partenaire souffre de dépression, les pères sont plus susceptibles que les autres de présenter des symptômes dépressifs. C’est pourquoi les nouveaux pères peuvent avoir besoin de soutien.

Retour haut de page