apprentissage des langues quand commencer ?

Apprentissage des langues : à quel âge commencer ?

De multiples études montrent que le bilinguisme est un atout pour l’apprentissage de toute forme de connaissance.

Les bilingues font preuve d’une plus grande flexibilité mentale que les monolingues et peuvent donc inhiber les stimuli ; ils développent ce qu’on appelle les « fonctions exécutives ».

Le cerveau étant un organe si complexe, il peut être divisé en plusieurs structures qui traitent chacune une partie d’une information mais qui travaillent ensemble. En outre, les structures ne se développent pas toujours au même rythme. Il est donc important de comprendre certains éléments neurobiologiques et de développement afin de pouvoir déterminer à quel âge on est capable d’apprendre une langue étrangère et comment. L’article se concentrera sur le côté neurobiologique des choses et sera vulgarisé.

Il faut également garder à l’esprit que la langue est un outil de communication. Il a été utilisé initialement pour coordonner les actions de nos lointains ancêtres chasseurs.

Cependant, le langage peut également être utilisé pour conceptualiser des notions abstraites. Par conséquent, si une pomme peut être perçue par nos sens, il est nécessaire de ne pas utiliser des perceptions concrètes pour manipuler mentalement des millions de pommes.

Le fœtus peut-il apprendre une langue étrangère ?

Cette question n’est pas étrange, car il existe des programmes commerciaux qui prétendent pouvoir le faire. Ces programmes sont en fait basés sur des expériences réelles dont ils tirent des conclusions qui n’ont rien à voir avec l’étude réelle. Extrapolations. Les départements marketing utilisent des artifices de langage pour aider les clients à comprendre le message qu’ils essaient de faire passer. Tout se résume à ceci :

Au cours du 5e mois, le système sensoriel auditif du fœtus se met en place. Il est précédé au 5e mois par le toucher (7e semaine), le goût et l’odorat (à ce stade, ces sens ne sont qu’un – 11e semaine), puis suivi par le système visuel (30e semaine). Le fœtus peut être sensible à la lumière dirigée vers lui vers la 30e semaine).

Des expériences ont été menées sur des fœtus afin de déterminer s’ils sont capables d’apprendre . Ces expériences ont porté sur deux types d’apprentissage : l’habituation ou le conditionnement. Est-il possible que le fœtus puisse traiter les informations de la même manière que le bébé, à la naissance, et au fil des années, notamment en raison de l’immaturité ou du système nerveux ? L’apprentissage est-il le bon terme ? Les formes de base que les animaux apprennent sont l’habituation et le conditionnement. Ils ne sont pas capables d’utiliser les termes de traitement de l’information par rapport à l’apprentissage humain. Il s’agit d’une simple association entre un stimulus et une réponse. L’enseignement in utero, y compris des langues, ressemble plus à un exploit commercial qu’à une véritable démonstration scientifique. Les stimuli sonores in utero peuvent provoquer des préférences à la naissance, c’est clair.

Pour plus de clarté, il faut savoir que le fœtus entend des sons de 80 db après huit mois. Cela correspond à un son de pleurs. Le fœtus est en fait sensible à la prosodie. Il s’agit de la musicalité et du rythme de la langue.

Conclusion : Il est vain d’enseigner une langue à un fœtus. Cependant, cela n’annulera pas la possibilité d’une future intégration sociale.

Période de sensibilité ou de critique ?

Les travaux de vulgarisation de Lenneberg ont rendu très courante l’idée d’une « période critique ». Contrairement à ce que pensent certains praticiens et chercheurs, cette idée n’a pas été abandonnée. Trois camps existent : Les chercheurs qui prouvent l’existence de périodes critiques, de périodes sensibles, ou des deux, et ceux qui utilisent ces concepts sans discernement.

Une période critique signifie qu’il est impossible pour une personne d’apprendre une fonction, une connaissance ou une compétence au-delà d’un certain âge. Au contraire, une période sensible signifie qu’il y a différents moments où l’on peut acquérir la connaissance, la compétence ou la fonction que l’on désire, mais qu’une fois cette fenêtre passée, c’est encore possible, même si cela peut être plus difficile.

La raison des différences entre les définitions de « période critique » ou de « période sensible » entre les chercheurs est le résultat de leurs travaux. Il est intéressant d’examiner les raisons de ce désaccord.

L’étude du langage étant complexe, elle nécessite la collaboration de différentes disciplines. Les neuroscientifiques, les psychologues de toutes les branches, les sociologues, et d’autres encore, sont tous invités à cohabiter. La cohabitation.

Une communication complexe entre les disciplines est possible. Il existe de nombreux protocoles de recherche et un vocabulaire qui peuvent être utilisés dans toutes les disciplines, mais chaque discipline a son propre vocabulaire et sa propre méthodologie de recherche. En outre, des disciplines différentes peuvent ne pas s’intéresser aux mêmes questions. De nombreux problèmes se posent dans les sciences dures. Par exemple, un biologiste n’interprétera pas forcément le cancer de la même manière qu’un physicien.

Des approches différentes seront adoptées pour un même objet, tel que le langage.

Tous ces facteurs contribuent à la publication de résultats qui peuvent sembler similaires ou différents.

Trois activités principales sont essentielles pour l’étude et l’application du langage par les chercheurs de toutes les disciplines :

  • L’utilisation et la mesure des dispositifs. Par la neuro-imagerie, on peut déterminer les différences entre les cerveaux d’un vrai bilingue (qui apprend deux langues à un très jeune âge) ou d’un faux bilingue (qui apprend deux langues plus tard). 
  • L’utilisation ou la tentative d’utilisation d’expériences qui dépendent de tests. Par exemple, on demande à un adulte arrivé en Amérique à l’âge de 8 ans de lire un texte écrit en anglais. On demande à un adulte arrivé en Amérique à l’âge de 30 ans de lire le texte et ensuite sa compétence en matière d’accent. Cette évaluation peut être réalisée à l’aide d’un appareil ou par un locuteur natif. Vous obtiendrez des résultats différents. Cet aspect est la raison des différences de conclusions entre les chercheurs.
  • L’étude de cas. Un exemple est l’histoire d’un enfant de 3 ans qui a immigré en Amérique. Il a fréquenté une université de premier plan et occupe une place importante dans la société américaine. Nous analysons les facteurs qui l’ont aidé à maîtriser la langue anglaise.

Bien que la qualité de la recherche ne soit pas remise en question, de nombreux biais peuvent affecter les résultats. Ces biais peuvent être mis en évidence par d’autres personnes qui font la même expérience, ou qui réalisent d’autres expériences. Parfois (assez souvent), ils arrivent même à d’autres résultats. Par exemple, un chercheur a fait apprendre l’espagnol à un Français. Cela pourrait conduire à la conclusion que deux langues sont plus faciles à apprendre qu’une seule. Cette conclusion pourrait être testée à nouveau par un autre chercheur, qui la testerait alors sur des Français et des Italiens ou des apprenants d’âges différents et réviserait le chercheur initial. Il existe donc plusieurs types de biais. La recherche de la vérité scientifique évolue grâce aux efforts combinés de nombreuses équipes. L’ensemble du processus peut être très compliqué, long et coûteux.

C’est particulièrement vrai pour l’étude des langues. La taille de l’échantillon (le nombre de personnes qui ont été testées et étudiées) est souvent trop faible pour représenter l’ensemble de la population.

Il n’est donc pas souvent facile de savoir ce qu’il faut faire.

Bien que les informations suivantes aient été compilées à partir de sources fiables et contiennent un certain nombre de faits scientifiques, elles ne doivent pas être considérées comme des vérités absolues. Le mieux que l’on puisse faire est de tracer quelques lignes.

L’apprentissage de la langue maternelle (L1) et sa période critique

Il est admis que la L1 est la période critique pour apprendre sa langue maternelle.

L’acquisition de la L1 est liée au développement de l’audition. Les bébés sourds qui ne sont pas formés rapidement deviendront éventuellement muets. Les personnes qui ont perdu leur audition à la puberté ne sont capables de comprendre que le vocabulaire de base.

Il en va de même pour les enfants sauvages qui montrent que l’acquisition du langage est liée à l’interaction avec la société humaine. Contrairement au mythe de Greystoke, (Tarzan), aucun enfant sauvage n’a jamais été capable d’apprendre une quelconque langue.

Les parents ne doivent pas s’inquiéter si leur enfant de 2 ans ne connaît pas le code de sa langue maternelle et reste bloqué sur des « ahou », ouaha, ou « youpyoup ». Il est important de considérer le phénomène connu sous le nom d’apprentissage latent. Il est possible qu’un enfant ne soit pas capable d’utiliser la syntaxe ou le vocabulaire. Cette preuve observable est possible à l’âge de 3 ans lorsqu’un enfant peut rattraper son « retard » de langage. Pour rassurer les parents, je mentionne également que la preuve observable (le fait qu’un enfant s’exprime) est liée à la latéralisation, qui se produit normalement vers 7 ans. Cela signifie que le vocabulaire du cerveau de l’enfant est plus étendu qu’il n’y paraît.

Une nécessité pour s’adapter : Apprendre sa langue maternelle 

N’oubliez pas que les êtres humains sont encore jeunes lorsqu’ils arrivent dans le monde. Le système visuel, par exemple, ne fonctionne pas pleinement avant l’âge de 11 ans.

Ces jeunes organismes non adaptés ne sont pas en mesure de s’adapter au nouveau monde dans lequel ils évoluent. Ils réalisent que séduire leurs parents est la meilleure chose qu’ils puissent faire. Le sourire de bébé va renforcer le lien entre ses parents et lui. Bébé ne sera plus un bébé et ses parents n’auront pas toujours la possibilité de s’occuper de lui.

Les jeunes organismes comprennent qu’ils doivent s’adapter rapidement et sont équipés d’un cerveau bayésien qui leur permet de faire des déductions (informations) à partir des stimuli.

Lorsqu’un bébé apprend encore à parler, qu’on l’appelle par son nom mais qu’on lui donne aussi d’autres jouets, il sera capable d’apprendre son nom. Comme on lui a donné des jouets différents, il raisonnera de cette façon : Il y a x% de chances que « prénom » ne soit pas le nom du jouet mais mon prénom. Les chances augmentent : « Il y a x% de chances que lorsque mon prénom est mentionné, quelqu’un veuille attirer mon attention » ; et « il y a x% de chances que lorsque quelqu’un me fait apprendre quelque chose. » Ce pourcentage augmentera à mesure que les jeunes seront exposés à ces expériences.

Le cerveau humain est équipé d’un système d’apprentissage probabiliste très développé, qui lui permet de s’adapter à son environnement et de faire des déductions. Il peut le faire sans aucune instruction. Même s’il ne peut pas le prouver, il apprendra davantage en absorbant davantage de stimuli dans son environnement.

Lorsque l’attachement est établi, les jeunes peuvent rapidement apprendre l’importance de l’apprentissage de la langue pour s’adapter à leur environnement. En fait, le langage est la clé de la socialisation. Pour établir des réseaux relationnels, communiquer est le moyen le plus immédiat et le plus efficace pour un organisme de s’adapter.

Oui, on peut apprendre une langue étrangère, mais à quel âge ?

Michele Daloisio soutient que le lexique s’apprend facilement tout au long de la vie. Dans un document de 64 pages destiné aux spécialistes des langues (5), Michele Daloisio expose les moments critiques pour l’apprentissage des langues étrangères. « Il est possible d’acquérir une ou plusieurs langues étrangères avec des compétences équivalentes à celles des locuteurs natifs dans les fenêtres de temps suivantes.

  • Entre 0 et 3 ans, vous seriez en mesure d’acquérir une « prononciation parfaite » et de « développer » des compétences linguistiques.
  • Cette capacité peut être conservée jusqu’à l’âge de 8 ans, mais cela demande plus d’efforts.
  • Ensuite, il y a une période sensible de 3 à 22 ans, où « de fortes puissances neurologiques […] permettent le développement et l’amélioration de bonnes compétences linguistiques ». Cependant, il est de plus en plus difficile d’égaler celle d’un locuteur natif.

« Après la phase sensible, l’acquisition d’une langue profonde peut être beaucoup plus difficile. Cela est dû à des facteurs contextuels (contexte naturel ou institutionnel, qualité et quantité de l’input, prestige et objet d’étude de la langue) ainsi qu’à des facteurs personnels (intelligence, styles d’apprentissage).

Seule la question de l’intelligence et du style d’apprentissage peut être débattue.

En effet, l’intelligence ne peut être codée scientifiquement. Cependant, des études ont montré que les adultes qui ont accédé à une langue étrangère (L2) tardivement dans leur vie et qui se sont comportés presque comme s’ils étaient des locuteurs natifs de cette langue n’avaient pas un QI supérieur à la moyenne. Seules les mémoires de travail verbales, telles que le test de Carpenter et Daneman, étaient supérieures.

En ce qui concerne le concept de style d’apprentissage, très populaire chez les enseignants et dans les ressources humaines, tous les modèles ont été examinés (6) par des chercheurs indépendants. 13 de ces modèles ont été pris au sérieux et étudiés en profondeur. Seul le modèle d’Allinson & Hayes a satisfait aux critères retenus par la science : cohérence des résultats, fiabilité du protocole de test/retest, validité et validité des prédictions. Il est remarquable de constater que seuls deux critères ont été remplis par le MBTI (Myer Briggs Typological Indicator), un test populaire que des millions de personnes passent chaque année. D’autres critiques ont été formulées à l’encontre de l’idée de style d’apprentissage, telles que la confusion et le manque d’interdisciplinarité. Tout cela sera détaillé dans un autre document. Je trouve intéressant que le processus de recrutement du personnel ne suive pas un protocole strict et valable. Il existe de nombreux mythes sur le fonctionnement des entreprises.

Apprentissage implicite ou explicite : Une question d’âge

L’apprentissage des langues est fondamentalement différent entre les enfants, les adolescents et les adultes.

L’apprentissage des langues est une compétence extrêmement importante pour les enfants de moins de 7 ans. Il repose principalement sur un apprentissage implicite. Ils n’ont pas besoin d’être enseignés d’une manière spécifique ; ils peuvent apprendre à partir de l’environnement qui les entoure.

Un enfant de moins de 7 ans ne peut pas recevoir de cours de langue, comme le ferait un adulte. Grâce à la socialisation avec des locuteurs non natifs, ils pourront apprendre des langues étrangères. De nombreuses études ont montré que les enfants de moins de 7 ans réussissent moins bien à apprendre les langues étrangères que les autres enfants.

La multiplication des apports est un avantage pour les enfants de cet âge, ce qui signifie qu’ils seront davantage exposés aux langues étrangères. Cela peut se produire de différentes manières : écouter, vivre à l’étranger ou dans un cadre multiculturel. La L2 doit être transmise par un parent non locuteur natif.

Les séjours linguistiques de courte durée (moins d’un mois) ont généralement peu d’effet sur l’apprentissage des langues. C’est évidemment vrai pour les enfants de moins de 7 ans, mais cela vaut aussi pour les adolescents, les autres enfants et les adultes. Ce n’est qu’après 5 semaines d’étude intensive de l’espagnol qu’une augmentation de la matière grise a été constatée.

Si le potentiel d’apprentissage implicite est conservé par toute personne de plus de six ans, il est beaucoup moins efficace. L’enseignement scolaire étant structuré, on suppose que le cerveau s’adapte à ce type d’enseignement. La même chose se produit avec les images mentales visuelles. En vieillissant, nous perdons notre capacité à voir. À la place, nous utilisons le recodage phonologique.

Vous pouvez donc commencer à recevoir des leçons de langage structurées, explicites et organisées après l’âge de 6 ans.

Les adultes et les adolescents bénéficient le plus d’un apprentissage explicite. Lorsque l’enseignement est de bonne qualité, leurs performances peuvent égaler ou dépasser celles de ceux qui ont reçu la L2 en temps voulu.

Conclusions

  • Les enfants de moins de 7 ans n’ont pas besoin d’un véritable enseignement linguistique. Il est préférable de leur enseigner une langue qu’ils ne connaissent pas et de leur permettre de l’apprendre par eux-mêmes.
  • Multiplier les apports en utilisant des langues étrangères peut être utile. Cela peut se faire de différentes manières.
  • Le séjour de courte durée à l’étranger n’a pas d’effet significatif sur l’acquisition de la langue. Cependant, ils peuvent être utiles d’autres manières, comme une approche culturelle. Toutefois, si votre enfant souhaite apprendre une langue et non multiplier les séjours linguistiques, il est préférable de l’envoyer à l’étranger pendant six mois.
  • La capacité d’apprentissage implicite diminue progressivement à partir de l’âge de 7 ans et est remplacée par la capacité d’apprentissage explicite. C’est à ce moment-là que les cours de langue peuvent prendre tout leur sens.
L’âge de l’apprenant, et les différents aspects de l’apprentissage d’une langue étrangère

La grammaire universelle de Noam Chomsky (qui ne se réduit pas aux règles de grammaire apprises à l’école) rencontre peu d’opposition du fait que le cerveau est biologiquement programmé pour apprendre les langues. L’opposition se fait sur des points qui sont importants pour les chercheurs et non pour les professeurs de langues ou les apprenants. Steven Pinker pense que pour produire un langage, le cerveau doit avoir recyclé des structures précédemment utilisées à d’autres fins (en biologie de l’évolution, on appelle cela l’exaptation). Ce concept est similaire à la théorie du recyclage neuronal pour la lecture. La lecture étant un phénomène relativement récent, le cerveau n’a pas créé de structures spécifiques. Au lieu de cela, il a réutilisé celles qui étaient utilisées pour le traitement des images. Philip Lieberman pense que l’acquisition du langage est une compétence acquise. Ce n’est pas une capacité innée. La capacité inhérente du cerveau à traiter les informations pour trouver des inférences et des liens faciliterait l’acquisition du langage. Notre apprentissage est conforme à l’apprentissage bayésien.

Quoi qu’il en soit, le cerveau est un détecteur biologiquement programmé qui cherche dans son environnement des stimuli qui pourraient ressembler à un langage.

Peu importe que ce soit pour apprendre un accent, une grammaire ou un vocabulaire. La tendance de la communauté scientifique à croire que l’on peut apprendre n’importe quelle langue à tout âge est due à la synapticplasticité.

Il n’y a pas d’impossibilité biologique (moment critique) d’apprendre des langues étrangères sur le tard. En revanche, il ne faut pas apprendre la langue maternelle trop tôt.

  • De la naissance à 4 ans

Entre la naissance et l’âge de 4 ans, le bébé doit être exposé à un environnement linguistique riche. Il ne faut pas les traiter comme des bébés. Au contraire, vous devez leur parler de façon normale. Les enfants ne doivent pas être laissés seuls devant la télévision, même s’ils regardent des programmes adaptés à leur âge. Ils pourraient ne pas associer les images ou le vocabulaire assez rapidement, faire de mauvaises déductions selon la théorie bayésienne, ne pas comprendre ce à quoi ils font référence et peuvent devenir stressés. Si les parents parlent bien la langue et la connaissent, ils peuvent l’enseigner à leurs enfants. Cela signifie que vous ne devez pas forcer votre enfant à apprendre une langue étrangère. Vous ne lui donnez pas un cours de langue. Ses compétences linguistiques et grammaticales ne sont pas encore totalement développées. Ses ressources linguistiques réelles. Piske Mackay, Flege et d’autres soulignent que ce n’est pas parce que l’on apprend une langue étrangère à un âge précoce que l’on sera capable de la parler couramment à l’âge adulte.

  • De 5 à 10 ans

Lorsqu’un enfant apprend sa première langue étrangère entre 5 et 10 ans, sa compétence globale dans cette langue devrait être inférieure à celle d’un locuteur natif monolingue. La langue comporte de nombreuses variations et certains aspects peuvent encore être compris au niveau d’un locuteur natif. Ce sont les sous-domaines de la phonologie qui souffrent le plus. Les performances morphosyntaxiques restent très bonnes. Le traitement de l’information en L2 est plus lent que celui des natifs monolingues. Les stratégies de traitement de l’information diffèrent également des natifs monolingues.

  • Après 7 ans

L’apprentissage de la L2 doit se faire naturellement de la naissance à 7 ans, dans le contexte de la socialisation avec des locuteurs non natifs. Les leçons ne sont pas nécessaires : c’est l’apprentissage implicite qui a lieu.

Au-delà, en vieillissant, il faudra apprendre le langage explicite, c’est-à-dire apprendre les langues étrangères de manière structurée, organisée. Apprendre des cours. Si l’apprentissage implicite est encore biologiquement possible, mais que les performances sont nettement inférieures, il est encore possible d’apprendre.

C’est à ce moment-là que les apprenants remarqueront des différences dans leurs capacités cognitives (notamment la mémoire verbale à court terme et la mémoire de travail verbale), tant au niveau de l’encodage de tous les aspects, que de la restitution. Ceci à l’exception de la production écrite, qui n’est pas limitée dans le temps.

Il semble que le principal facteur qui différencie les apprenants précoces des apprenants tardifs soit leur vitesse de traitement de l’information.

Des différences individuelles importantes seront également marquées par des facteurs qui ne sont pas directement liés aux capacités intellectuelles.

  • L’apprentissage est valorisé : L’apprentissage de la langue, ceux qui l’enseignent et la volonté d’y mettre du sien…
  • La valeur culturelle associée à la langue apprise
  • l’éducation, la culture générale et les compétences dans d’autres domaines
  • La durée et la fréquence de l’exposition à la langue (formation).

Les apprenants précoces (enfants et adultes) obtiennent de meilleurs résultats lorsqu’ils se trouvent dans des environnements informels et naturels. Les apprenants précoces et les apprenants tardifs sont avantagés lorsqu’ils se trouvent dans un environnement formel et structuré (la salle de classe). Ils auraient alors appris à apprendre et auraient développé des capacités cognitives qui ne sont pas présentes chez les apprenants en langue naturelle. Cette différence ne peut être utilisée que pour l’apprentissage de cette langue particulière.

Le bilinguisme

Le bilinguisme peut être un avantage considérable. Il aide à s’adapter à des environnements globaux et développe la flexibilité mentale. Comme il faut être capable de se détacher d’un stimulus physique, il augmente la capacité d’abstraction. Pour être capable de percevoir une pomme, je dois imaginer un million de pommes. Cela développe ma capacité d’abstraction. Je dois être capable non seulement de percevoir les formes physiques d’un tableau de Picasso, mais aussi de m’en abstraire. Je dois être capable de lire « Ikhou van you » pour comprendre le sens des mots.

Le bilinguisme n’est pas monolithique. Il peut prendre de nombreuses formes.

En général, les bilingues peuvent être classés en deux catégories : les bilingues précoces qui ont pu apprendre la L2 avant la puberté, et les bilingues tardifs qui l’ont apprise. Ces derniers sont moins compétents en grammaire que les natifs monolingues, mais meilleurs que les bilingues précoces. Ils ont également une vitesse de traitement des informations de la L2 plus lente.

Il est crucial de connaître la différence entre l’apprentissage simultané L1/L2 à la naissance et l’apprentissage séquentiel de la L2 vers 3-4 ans, lorsque les bases de la L1 ont été posées.

L’étude des structures cérébrales par neuro-imagerie médicale permet d’identifier les vrais bilingues et les faux bilingues.

Apprentissage de la L2, contexte familial, oubli de la L1

Selon certaines études, l’anglais est la langue préférée d’une moitié du couple. Les enfants d’immigrés vivant dans des pays anglophones ne bénéficient pas du fait que leurs parents parlent anglais.

Un enfant qui apprend une langue étrangère (L2, L3, etc.), le fera généralement sans interférer dans la pratique de sa langue maternelle. Ces langues seront ajoutées au répertoire de l’enfant sans interférer ou affecter la pratique de sa langue maternelle (L1).

De nombreuses études ont montré qu’un enfant immigré qui apprend la langue L2 (majoritaire) de son pays d’accueil oubliera sa langue maternelle, même s’il s’agit d’une langue mineure. Ainsi, l’apprentissage de la L2 se fait au détriment de la L1. La maîtrise de l’enfant sur sa L1 va diminuer après une période de bilittéralisme. Après trois générations d’immigrants, la L1 est complètement oubliée. Il n’y aura donc pas de transfert de la langue de la minorité.

Il est donc essentiel de faire la différence entre la langue minoritaire (ou langue de la minorité) et la langue de la minorité (ou langue de la minorité). La langue minoritaire peut être une langue qui n’est pas adaptée à son environnement. Une langue majoritaire peut également être la langue minoritaire. Un exemple : Un Canadien francophone travaillant au Canada anglophone serait considéré comme une langue minoritaire. Mais, il ou elle parlera la L1 (français) comme langue majoritaire. La langue majoritaire est celle qui s’adapte le plus facilement à son environnement. C’est la langue de l’école et de l’administration.

Même les enfants de 2 ans issus de familles immigrées préfèrent parler la langue de leur mère, même lorsqu’ils s’inscrivent dans une école bilingue.

En conclusion

L’apprentissage des langues étrangères est possible à tout âge. Pour maintenir un cerveau sain et retarder l’apparition de maladies neurodégénératives, il est fortement recommandé d’apprendre des langues étrangères tout au long de sa vie.

Naturellement, plus l’apprentissage des langues est précoce, plus les bénéfices des périodes sensibles sont importants.

Vous pouvez bénéficier d’un apprentissage informel jusqu’à l’âge de sept ans, puis vous devrez suivre des cours structurés.

Cet apprentissage informel peut être poursuivi après l’âge de 7 ans, car les adolescents qui participent à des jeux en ligne avec d’autres joueurs communiqueront en anglais et en russe, ce qui leur permettra d’acquérir de nombreuses informations. En revanche, les séries sous-titrées présentent moins d’intérêt car elles ne contiennent aucun contenu.

Deux facteurs principaux expliquent les différences individuelles : des facteurs cognitifs (la « bosse de la langue ») liés à la mémoire à court et à long terme, et des facteurs non cognitifs comme l’instruction (pédagogie de l’apprentissage, du choix), l’effort personnel, la multiplication des inputs, la valorisation et l’appréciation de la langue et de la culture apprises.

Retour haut de page