On n’a que trop entendu dire :  la femme est destinée à l’entretien du couple et du ménage, les hommes pour les défis et les grandes décisions. La femme pour des emplois secondaires, les hommes pour des postes à responsabilités. Les femmes si performantes et intelligentes en milieu scolaire ont une moins meilleure insertion professionnelle à l’âge adulte, c’est un fait. La femme moins forte, plus battue, plus abusée, moins rapide, trop relationnelle, moins fonctionnelle, trop dépendante, parfois si fragile et tellement douce !

Si vous avez l’habitude de me lire, vous devez certainement avoir déjà remarqué que la cause féminine me tient un peu trop à cœur. Normal, je suis du clan (MDR) et j’ai surtout horreur de l’injustice, des clichés sous toutes leurs formes. Nous vivons dans un monde stéréotypé voire misogyne, où la femme doit faire preuve d’un grand courage pour s’imposer et évoluer dans la vie.

Ce combat, loin de se limiter aux femmes, devrait s’étendre à tous. Quel père aimerait avoir ses filles vides, être des charges malléables, sans autonomie ou consacrées au minimum ? Quelle mère rêverait d’une fille abusée ou complètement à la traîne malgré ses talents ?

Il faut assurer une transmission qui rompt avec les préjugés trop ancrés , libérer le potentiel de la petite fille dès le bas âge, lui permettre de conquérir son monde. Il faut même éduquer le petit garçon à cet effet ( j’y consacrerai un article très bientôt) . La confiance en soi est un très bon départ. Voici 7 notions que je vous propose, à enseigner impérativement à votre louloute :

1: Tu es unique

Une réalité qui boostera sa créativité,  une bonne barrière contre les comparaisons, les complexes, les baiblesses, les frustrations dont pourraient d’ailleurs se servir plus tard, toutes ses relations.Votre fille devrait connaitre sa valeur intrinsèque.Cela lui permettra de se différencier de la meilleure des manières.

2 : Tu es intelligente

J’ai grandit avec un père qui me le répétait constamment. Je l’ai assimilé à tel point que même en face de mes défaillances, je ne me sens pas impuissante mais plutôt curieuse et désireuse d’en savoir plus. Si votre gamine est consciente de son intelligence,  elle atteindra de nombreux objectifs.

3 : Tu es belle

Les femmes ont besoin de se sentir physiquement au point. Mettez la en confiance très tôt. Relevez ses qualités, son charme et sa beauté. Gare à la future femme qui recherchera cette approbation aux yeux des autres !

4 : Tu dois avoir des rêves

Comment te vois-tu plus tard ? Qu’aimerais-tu réaliser un jour ? Suscitez son ambition. Élevez l’image et la vision de votre enfant. Même si les ambitions des tous petits changent au fil du temps, la demoiselle apprendra à avoir des objectifs à atteindre.

5 : Tu dois savoir te contenter de ce que tu as

Ce point est très important. Enseignez à votre fille, la valeur juste du matériel. Donnez lui des leçons de vie, prenez des exemples concrets. Non, elle ne devrait pas penser qu’ « être femme ouvre les poches des hommes » ( vous insinuez qu’il lui faut vendre ses charmes). Non, vous ne devriez pas déprimer dans des moments de disette ( Vous montrez ainsi qu’il faut rester intègre et digne quand on possède ou pas). Repérez les petites filles qui aiment enfiler les chaussures ou vêtements de leurs amies et qui les apprécient mieux aux siennes, conseillez infatigablement.

6 : Tu n’es pas une princesse dans une tour, à sauver

Je me marre! Cendrillon fut sauvée des griffes de sa méchante marâtre par le mariage. Blanche Neige s’en est sortie de son coma par le baiser d’un prince. Ceci induit que , même les mamans des petites filles ont fuit les familles difficiles pour des concubinages où un prince leur offrirai un frigo plein , un canapé, une TV avec des novelas en stock et de temps à autre, un poulet piqué à consommer dehors . Puis, s’en est suivie la désillusion !

Non, le mariage ne fera pas d’elle plus tard, une femme à l’abri du besoin.  Votre fille devra comprendre qu’il faut travailler à être une femme équilibrée, qui se bat pour sortir des problèmes de sa vie. C’est une condition qui inspire le respect de l’autre en face. Le mariage n’est pas de l’assistanat.

7 : Tu peux faire tes choix

J’ai une fille qui aime mettre des culottes-tee shirt et qui m’en réclame parfois. Son institutrice me demande un matin, pourquoi elle ne mettrait pas des robes la plupart du temps ? « C’est pour les filles » avait-elle insisté. Le mal est profond. J’aime que ma fille alterne autant les baskets que les ballerines. J’apprécie qu’elle joue au foot et à la balançoire autant qu’à la poupée, qu’elle kiffe Batman et Peppa Pig aussi. Je serai fière quand elle sera libre plus tard, de viser un métier de pilote , de marketeuse ou d’assistante bilingue sans le tri inconscient, imposé par la société.

Enfin, il ne s’agit pas bien entendu, d’élever une fillette orgueilleuse ou « insoumise » . Parlez lui très bien du rôle et des devoirs de la femme sage , socle de la famille et de la société. Inculquez lui toutefois ces notions très importantes : Femme forte, individu essentiel et non en marge, leader dans une société où elle a sa place et ses droits.

Ceci vous intéresse aussi :

Comment gérer les caprices de vos enfants?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *